Comme vous le savez sûrement, je suis étudiante, et en février j’ai pu commencer ma formation d’infirmière. J’ai réalisé une vidéo à ce sujet, que vous pouvez visualiser juste en dessous.

Durant mes révisions, j’ai réalisé une énorme fiche, avec toutes les questions qui étaient pour moi envisageable durant l’oral. Je vous les partage donc pour vos révisions, cependant certaines réponses sont personnelles, donc personnalisé les à votre façon. Mes réponses sont là pour vous donner un ordre d’idée, car j’ai très bien réussi mes deux oraux, et cela sans prépa.

Partie 1 : Le métier

1. Pourquoi avez-vous choisi le métier d’infirmière ?

J’ai choisi ce métier car j’ai toujours été attiré par le domaine de la santé. C’était une nécessité pour moi de pouvoir exercer un métier utile aux autres, sentir que je sers à quelque chose. Avoir ce contact privilégié avec les patients, pouvoir soulager leur douleur physique, et psychologique, car pour moi l’infirmière joue un très grand rôle dans une hospitalisation, ou dans des soins. Une infirmière nous rassure, j’ai toujours eu d’agréable souvenir des infirmiers s’étant occupé de moi. De plus, j’ai besoin d’un métier où je serai en contact constamment, je ne pourrai pas être enfermé dans un bureau, j’ai besoin de parler, de discuter, de bouger. Et je pense que ce métier, avec la relation humaine qu’il apporte avec les patients et leurs familles, avec le suivi médical où l’on observe l’évolution de chaque patient, sera vraiment épanouissant pour moi. De plus, je pense que le travail en équipe est enrichissant, et il y a plusieurs possibilités d’évolution et de spécialisation (bloc opératoire, puéricultrice, cadre, libéral,…) et une grande diversité des lieux (maternité, gériatrie, psychiatrie, etc) ce qui est un réel avantage.

2. Pourquoi pensez-vous être fait pour ce métier ?

Je pense être faite pour ce métier car j’ai constamment besoin d’aider les autres, j’ai ce besoin d’être toujours là quand quelque chose ne va pas. J’aime pouvoir me sentir utile, et ce métier m’apporterait cela au quotidien. Je suis quelqu’un de très à l’écoute des autres, et je pense que cette qualité est essentiel.

3. Avez-vous les qualités pour faire ce métier d’infirmier ?

Je suis une personne attentionnée, je m’implique beaucoup dans mon travail. Je suis assez douce et souriante, j’inspire souvent confiance. Je suis très rigoureuse dans mon travail. De plus, je suis quelqu’un de très attentive, observatrice et également très curieuse, j’adore apprendre. Je pense que ces qualités sont importante dans ce métier, afin d’écouter la douleur des patients.

  1. Qu’est-ce que vous redoutez dans le choix de ce métier ?

Côtoyer souffrance et mort au quotidien n’a rien de facile lorsque l’on n’y est pas (ou mal) préparé. Mais la formation m’apprendra à y faire face.

5. Selon vous, le métier d’infirmier, est-ce un métier difficile ?

Oui, car il y a des conditions de travail qui sont difficile. Les horaires premièrement, et le fait de rester debout toute la journée demande une certaine force, et un bon physique. De plus, tout le monde peut faire un burn-out. Mais les infirmiers sont particulièrement exposés. Entre les désillusions sur leurs relations avec les patients, entre les difficultés à gérer leur investissement émotionnel et la faible reconnaissance de leur métier, les infirmiers naviguent à vue. En plus, le manque de personnel, l’obligation de rentabilité des soins, les changements d’horaires permanents, l’accroissement de leurs responsabilités, la multiplication des contraintes administratives, etc sont des facteurs rendant le métier difficile au quotidien.

La non-reconnaissance du métier d’infirmier est très dure. Beaucoup se plaignent en effet du fait que patients et familles auraient tendance à accorder, à la prescription du médecin, une importance démesurée par rapport aux soins infirmiers. La bonne exécution de la prescription, par exemple, qui requiert de la part des soignants beaucoup d’attention et d’investissement, n’est que peu valorisée. Quant à leur  travail « relationnel », il est bien peu estimé ! Certain estiment que cette partie du métier pourrait être menée à bien par « n’importe qui ». Or par exemple, faire manger un enfant malade relève pourtant, bien souvent, de l’exploit, tant il faut parfois déployer de trésors d’imagination et de patience.

6. Que pensez-vous des grèves au sein des services infirmiers ?

Je pense qu’il est important de manifestez un mécontentement. Car le métier est trop souvent rabaisser, et il est vrai que ce métier est très difficile, les conditions de travail ne sont pas facile au quotidien, et il est dur de concilier vie de famille et travail. Il faut donc se battre pour améliorer les conditions de travails des infirmiers.

7. Citez les 3 qualités cardinales d’un bon infirmier ?

Être patient, être attentif/rigoureuse, être à l’écoute avoir des qualités relationnelles

8. Avez-vous mesuré les contraintes liées au métier d’infirmier ?

Oui, c’est un métier difficile, j’en suis consciente, cependant mon choix est murement réfléchi.

9. Pensez-vous que la relation entre le patient et l’infirmier puisse être affective?

Il peut y avoir un lien qui se crée entre le patient et l’infirmier, car l’infirmier apporte beaucoup de soutien, et des patients peuvent être très reconnaissant et gentil, donc forcément nous sommes humains et nous avons un cœur, donc cela peut nous toucher, mais il faut tout de même laisser une certaine distance et ne pas oublier que c’est notre patient, qu’on ne doit pas trop s’attacher afin de ne pas être trop affecté en cas d’imprévu.

10. Qu’est-ce que selon vous une mauvaise infirmièr(e) ?

Quelqu’un qui n’est pas à l’écoute de ses patients, de leur douleur. Quelqu’un réalisant mal le protocole, ne donnant pas les bons médicaments (allergie) etc.

11. Pouvez-vous décrire la journée d’un infirmier ?

  • 6h-6h30: transmissions
  • 6h30-7h30: préparation du chariot + tournée des prises de sang+ glycémies
  • vers 8h: administration des médicaments
  • vers 8h30-9h pause puis, pour l’IDE transmission au médecin
  • vers 9h30 prise des constantes ou fait plus tôt selon la charge du travail
  • 9h45-11h15: préparation/changement des perfusions ou fait plus tôt si besoin + tournée des pansements à faire
  • 11h30 environ: glycémies
  • 11h45: tournée des médicaments
  • 12h15-30: traçabilité de la journée + remplir les dossiers de soins + relever des prescriptions du médecin +préparer les prise de sang des jours suivants + prise de RDV si besoin
  • 13h15: transmissions à l’équipe d’aprèm

 

  1. Les progrès techniques ont-ils selon vous considérablement modifié le métier d’infirmier durant ces 40 dernières années ?

Forcément, toute évolution apporte un changement. En plusieurs années, le métier évolue, l’infirmier fait de plus en plus de choses et a beaucoup plus de responsabilités, et les progrès permettent de soigner encore mieux qu’avant.

  1. Quelles sont les possibilités d’évolution dans cette profession ?

Il est ensuite possible, sur concours, de se spécialiser :

  • Tout d’abord comme infirmier anesthésiste (durée: 24 mois)
  • Infirmier de bloc opératoire (durée : 18 mois)
  • Ou infirmière puéricultrice (dont la formation dure 12 mois)
  • Mais aussi comme infirmier de Santé au Travail (durée : 12 mois)
  • Ainsi que cadre de santé (durée : 11 mois)

 

  1. Quels sont les services ou vous n’aimeriez pas travailler?

Pour l’instant il n’y a en aucun mais j’attends de voir comment se dérouleront les stages de la formation pour pouvoir porter un jugement et faire ensuite un choix sur le service où je souhaiterais exercer en priorité.

 

  1. Quel est le rôle d’un infirmier ?

Rôle propre : L’infirmier a tout d’abord une fonction d’observation, d’écoute, de soutien et de dialogue avec le patient et sa famille. Il a également une fonction de surveillance, de prévention et d’éducation. Ensuite il réalise, en collaboration avec l’AS ou l’AP, les soins d’hygiène, de confort et de sécurité du patient. Et enfin, l’infirmier assure certaines tâches administratives comme le suivi du dossier des patients ainsi que la gestion des stocks de médicaments.

Rôle prescris : Il est chargé de la mise en application des prescriptions médicales, et de la surveillance qui en découle. Ensuite, il doit en permanence faire le lien entre ses connaissances et les ordonnances faites par les médecins. Enfin, il doit savoir les interpeller lorsqu’il identifie une erreur ou une prescription atypique, afin d’en obtenir confirmation.

  1. Quelle est sa fonction?
  • évaluer l’état de santé d’une personne
  • analyser les situations de soins
  • concevoir et définir des projets de soins personnalisés
  • planifier des soins, mais aussi de les prodiguer et de les évaluer
  • mettre en œuvre des traitements.

 

  1. L’infirmier a 3 tâches à exercer : soigner, prévenir, éduquer. Comment pouvez-vous illustrer ces objectifs ?

Pour soigner, je dirais qu’il appartient à l’infirmier d’organiser et d’assurer les actions de soins appropriés, mais aussi, d’assurer la surveillance des soins comme la vérification du bon débit d’une perfusion, par exemple.

Ensuite dans son rôle de prévention, l’infirmier peut mettre en place des actions préventives diverses. Par exemple, au sein d’un service de Pneumologie, il peut être amené à renseigner les patients sur l’existence éventuelle de consultation tabacologique dans l’hôpital.

Enfin concernant son rôle d’éducation, par exemple lors d’une relation de soins, l’infirmier va accorder une place prépondérante au patient en tant qu’acteur de sa santé.

  1. Quel sont les contraintes du métier ?

C’est tout d’abord un métier ou les horaires sont irréguliers et où l’on peut être amené à travailler le week-end et les jours fériés. Ensuite, l’exercice de cette profession nécessite une bonne résistance physique (debout ou le fait de devoir soulever et aider les patients à se déplacer) ainsi qu’une bonne résistance nerveuse (avec par exemple la possibilité d’être confronter à la mort et à la douleur )

  1. Comment envisagez-vous de faire face à ces inconvénients ?

Tout d’abord, concernant les horaires et les jours de travail, cela ne me dérange pas. Pendant les quelques mois où je travaillais dans un magasin, j’étais régulièrement amené à finir tard, et je travaillais certains jours fériés ainsi que le dimanche. Ensuite, mentalement et physiquement parlant, je pense pouvoir faire face à la résistance physique, et pour la résistance nerveuse, je suis certaine que la formation durant ces 3 années m’apprendront à être meilleure. Avant de m’investir dans la préparation de ce concours, j’ai pris le temps de bien réfléchir à tout ce que la formation et ce métier implique.

  1. Dans quels lieux peut-on exercer en tant qu’infirmier ?

Localisation :

  • Établissement de soins et d’hospitalisation
  • Établissement de garde et de séjour
  • Organisation humanitaire
  • Service de Soins Infirmiers à domicile

Secteur : Public, Privé, Associatif

Domaines d’intervention :

  • Gériatrie
  • Maternité
  • Pédiatrie
  • Psychiatrie
  • Diabétique

Grilles des salaires :

  • Salaire mensuel moyen de 1500 euros en début de carrière
  • Salaire mensuel moyen de 2500 euros en fin de carrière

 

  • Quelles sont les conditions pour exercer en libéral ? Quel est le rôle de l’infirmier libéral ?

Afin de pouvoir s’installer en exercice libéral il faut justifier d’une expérience professionnelle de 3 ans. Le rôle de l’infirmier libéral est de dispenser à la population des soins divers, qui vont du maintien à domicile des personnes âgées ou handicapées aux soins palliatifs, en passant par tous les actes que l’infirmier a les compétences d’effectuer, comme par exemple des changements de pansement.

 

 

  • Quels sont les avantages du métier?

C’est tout d’abord un métier qui nous donne le sentiment d’être utile et qui nous offre la possibilité d’aider les autres. Par exemple, le rôle relationnel de l’infirmier nous permet d’être en contact direct avec le patient et son entourage et de pouvoir ainsi assurer une prise en charge de qualité. Aussi, le travail en équipe est une des notions du métier qui me plaît énormément. Ensuite, les lieux d’exercice de la profession sont nombreux et les tâches que l’on y accomplies peuvent être différentes selon le service ou l’on travaille, donc le travail permet de diverse changements. C’est aussi très intéressant d’avoir la possibilité de pouvoir d’enrichir notre formation et de se spécialiser.

  1. Quel est selon vous le rôle du cadre infirmier ?

Le cadre de santé doit : assurer la coordination des soins et la gestion des moyens humains et matériels, animer et encadrer les professionnels de santé, anticiper et accompagner les évolutions tant médicales, technologiques que managériales, contribuer à la mise en œuvre des projets de l’établissement ainsi que des politiques de santé.

 

Partie 2 : les definitions

  1. Qu’évoque pour vous le mot : infirmier ?

Pour moi ce mot m’évoque le soutien, la gentillesse, et la patience. J’ai toujours eu de très bon souvenir des infirmiers qui se sont occupés de moi. Ils ont souvent des qualités humaines incroyable, et c’est rassurant lorsqu’on est leur patient.

  1. Les qualités professionnelles d’un infirmier et d’un médecin sont elles identiques?

Non, le médecin interprète des symptômes, pose un diagnostic, et prescrit le traitement adéquat, tandis que l’infirmière prend en charge de A à Z le patient, elle en est donc plus proche, et c’est d’ailleurs elle qui repère les symptômes et les transmet au médecin.

  1. Que signifie pour vous le mot: « soigner » ?

Pour moi, soigner c’est s’occuper avec soin de quelque chose, être attentif à l’évolution, à son aspect. Ainsi que procurer les soins nécessaires à la guérison, à l’amélioration de la santé de quelqu’un, afin que la personne se sentent mieux.

 

  1. Qu’est-ce pour vous l’expression: « service public » ?

Pour moi, l’expression « service public » renferme deux notions :

  • Service : Et oui, il s’agit bien de se mettre au service de quelqu’un.
  • Public : Clairement, le service proposé est accessible à tout le monde, sans aucune distinction sociale, de richesse. Cela rejoint le fondement même de la République: liberté, égalité, fraternité. Le public touche tout ce qui concerne la gestion du pays.

Au final, pour moi, le service public c’est servir le public et l’état. C’est être l’intermédiaire entre le commun des mortels, les instances publiques que nous représentons et bien sûr le gouvernement. Sans fonctionnaire, nous retournons dans un système où l’état ne serait plus à l’écoute de ses citoyens.

On se doit donc d’être à l’écoute de l’autre, d’être honnête et direct et d’avoir les capacités de conseiller, afin qu’aux yeux des gens qui viennent nous voir, on représente l’état.

  1. Le malade : patient ou un client ?

Patient évidemment ! Un malade n’est pas à considérer comme une personne qui viendrait acheter du pain à la boulangerie, c’est une personne qui a besoin de notre aide, et nous sommes la pour nous occuper de cette personne du mieux que l’on pourra, afin de la faire se sentir mieux.

  1. L’acharnement thérapeutique, c’est quoi ?

Cela désigne le maintien artificiel d’un patient mourant pour lequel on n’a plus aucun espoir d’amélioration ou de stabilisation d’un état précaire. C’est à dire que la personne ne peut plus vivre sans les machines ou sans traitement douloureux (respirateurs, médicaments avec de nombreux effets secondaires, ..)

  1. Qu’est-ce que les maladies nosocomiales ?

Une infection nosocomiale désigne une infection contractée au cours d’une hospitalisation, infection qui n’existait pas auparavant ni, d’ailleurs, durant les 48 premières heures à l’hôpital. Plus généralement le terme nosocomiale est employé pour une maladie contractée lors d’une hospitalisation dont le synonyme est infections hospitalières.

  1. Les règles déontologiques du métier d’infirmier(e) ?
  • Secret professionnel
  • Porter assistance aux malades ou blessés en péril.
  • Perfectionner ses connaissances professionnelles.
  • Rapports de bonne confraternité
  • Interdit d’accepter une commission
  • Respecte la dignité et l’intimité du patient et de la famille.
  • Respecter le droit du patient de s’adresser au professionnel de santé de son choix.
  • Respecter et fait respecter les règles d’hygiène dans l’administration des soins, dans l’utilisation des matériels et dans la tenue des locaux. Il s’assure de la bonne élimination des déchets solides et liquides qui résultent de ses actes professionnels.
  • Interdit de procuré à un patient un avantage matériel injustifié ou illicite.

 

  1. Qu’est-ce le travail en équipe ?

Travailler en équipe pour moi c’est coopérer avec différentes personnes, afin d’atteindre ensemble un but commun.

  1. Quels sont les avantages et les inconvénients du travail en équipe?

Les avantages : Une meilleure compréhension, on apprend plus vite. Il y a un effet de motivation, on a du soutient lorsqu’on a tendance à perdre espoir, on est plus fort à plusieurs. De plus, l’objectif est souvent atteint plus rapidement, car chaque tâche est distribuer à une personne.

Les inconvénients :  Il peut y avoir des problèmes de communication, amenant ensuite à des conflits, qui vont avoir des conséquences négative sur le travail. De plus, des fois les leaders vont s’acharner sur une personne, et cela peut encore une fois créer des burn-out. L’important pour moi dans le travail en équipe c’est que l’équipe communique correctement, afin de toujours résoudre les problèmes, avant que ces derniers influent sur leurs travaux.

  1. Connaissez-vous la définition d’IBODE et IADE ?

IBODE : C’est un infirmier de bloc opératoire diplômé d’Etat. L’IBODE analyse, gère et évalue toutes les situations afin de garantir la qualité des soins et la sécurité des patients dans les secteurs de haute technicité.

IADE : infirmier anesthésiste diplômé d’État. C’est un infirmier spécialisé en anesthésie, réanimation, soins d’urgence et prise en charge de la douleur, garant de la sécurité du patient pendant l’acte opératoire, ainsi que dans des services spécifiques, tels que le service mobile d’urgence et de réanimation (SMUR) ou les services de réanimation.

  1. Pourquoi certains infirmiers quittent le service public pour ouvrir leur propre cabinet IDEL ?

C’est le même boulot, elles le font de maison en maison, au lieu de chambre en chambre. Parfois, certains préfèrent travailler ainsi car cela leur convient mieux, peut être parce qu’ils ne supportaient pas la pression dans l’hôpital qui est parfois difficile, mais également dans un but financier je pense, car les revenus sont différents.

  1. Si un patient souhaite vous donner un pourboire, l’accepterez-vous ?

Non. De plus, c’est contre les règles déontologiques.

  1. Qu’est-ce que les médecines parallèles ?

Ce sont des pratiques médicales fondées sur des principes, méthodes, traitements ou connaissances non vérifiés et non scientifiques. La médecine dite parallèle est fréquemment étrangère à toute science. En médecine parallèle, il n’est question ni de médicament ni d’opération chirurgicale. Les traitements de médecine parallèle sont habituellement moins risqués, moins susceptibles de causer un tort direct. Homéopathie, phytothérapie, huiles essentielles, acupuncture, médecine chinoise, régimes spéciaux, techniques psychologiques, massages… Si certaines de ces médecines parallèles peuvent soulager les effets secondaires des traitements anti-cancer, aucune n’a encore jamais fait la preuve de son efficacité dans le traitement même du cancer. D’ailleurs, tous les spécialistes sérieux de ces disciplines le reconnaissent: ces méthodes ne guérissent PAS le cancer.

  1. Qu’est-ce qu’une pandémie ?

C’est la propagation rapide d’une maladie infectieuse sur toute la population d’un continent, voire du monde entier. Plusieurs pandémies ont touché l’humanité : la peste noire, qui a causé plusieurs millions de morts en Europe. Après avoir infecté 40 millions de personnes, le SIDA est aujourd’hui considéré comme une pandémie, il semble devoir devenir la plus mortelle de l’histoire humaine.

 

  1. Pourquoi selon vous les Français sont-ils les plus grands consommateurs d’anxiolytiques ?

En France les médicaments sont remboursés et en moyenne deux à trois fois moins chers que dans les autres pays européens. Plus les prix baissent plus les individus en consomment. C’est un cercle vicieux. Parce que lorsqu’une personne souffre d’anxiété, les médicaments sont remboursés, alors qu’une thérapie ne l’est pas, cela coute donc de l’argent. De plus, les médecins prescrivent ces médicaments souvent trop longtemps, le patient devient donc accro à ces derniers.

 

  1. Quels sont les stages que vous redoutez le plus et pourquoi?

Ce n’est pas dans mon caractère d’appréhender de me retrouver confronté à une situation ou à un milieu en particulier. Je sais que je saurais m’adapter, auprès des professionnels qui vont m’encadrer, aux différents stages de la formation. Je suis plutôt très curieuse de découvrir chacun des différents stages !

  1. Quels sont selon vous les signes de la dépression ?

La dépression se caractérise par :

  • Des sentiments de tristesse
  • Des sentiments de culpabilité inappropriés
  • Une faible estime de soi
  • Des pertes d’intérêt ou de plaisir
  • Des troubles du sommeil (insomnie ou au contraire excès de sommeil)
  • Des troubles de l’appétit (souvent associés à une perte ou un gain de poids)
  • Une sensation de fatigue ou une perte d’énergie
  • Un manque de concentration
  • Des pensées de mort ou des idées suicidaires

 

  1. Qu’est-ce qu’un stage clinique ? Quels sont ses objectifs ?

C’est une période de stage dans un milieu professionnel en lien avec la santé et les soins. Et les stages cliniques permettent par exemple aux étudiants: d’acquérir des connaissances, mais aussi de prendre progressivement des initiatives et des responsabilités, et de mesurer leurs acquisitions dans chacune des compétences.

  • Definitions :

AMP : L’aide médico-psychologique intervient auprès de personnes jeunes ou adultes, ayant un handicap physique ou mental. Il peut aussi s’occuper de personnes âgées dépendantes. Il les accompagne dans tous les actes de la vie quotidienne.

AP : L’auxiliaire de puériculture assure la prise en charge d’enfants bien portants, malades ou handicapés en liaison avec une équipe pluridisciplinaire. Elle répond aux besoins quotidiens de l’enfant par la présence qu’elle assure, les soins spécialisés auxquels elle participe et aux activités d’éveil qu’elle organise

EJE : Educateur de jeunes enfants

CAS CONCRETS: Ce sont des épreuves écrites lors de la validation des unités des modules. L’étudiant doit répondre aux questions selon une situation concrète lors de la prise en charge d’un patient.

TFE : C’est le Travail de fin d’études. C’est un travail écrit et personnel de 15 à 20 pages, sur un thème d’intérêt professionnel que l’étudiant choisi en accord avec l’équipe enseignante.

MSP: C’est la Mise en situation professionnelle. Elle a lieu au cours de l’un des deux derniers stages de troisième année dans le service hospitalier ou extra-hospitalier. L’étudiant est évalué par une professionnelle de santé lors de sa prise en charge globale d’un patient.

Partie 3 : Questions piège

  1. Jusqu’où iriez-vous pour devenir infirmier ?

Jusqu’à passer plusieurs fois le concours, même en cas de nombreux échec. Je suis quelqu’un de très déterminé, quand j’ai une idée en tête je n’abandonne pas.

  1. Pour vous infirmier : un métier ou une vocation ?

Un métier, on ne naît pas infirmier, on le devient.

  1. Qu’avez-vous de plus que les autres candidats présents aujourd’hui ?

Je n’ai pas la prétention de dire que je suis la meilleure parmi tout les candidats qui se sont présentés ou qui se présenteront devant vous mais je peux vous assurer que si je suis la aujourd’hui, ce n’est pas par hasard. Je suis pleinement convaincu de mon choix. Et au-delà de ma motivation, je pense vraiment avoir les capacités nécessaires pour suivre cette formation et en obtenir le diplôme.

  1. Pourquoi pas aide soignante ?

Tout d’abord, ce sont deux métiers complémentaires car l’aide-soignant exerce son activité en collaboration avec l’infirmier dans le cadre de son rôle propre, ainsi que sous sa responsabilité. Mais l’infirmier a également un rôle prescris, c’est à dire un rôle d’application des prescriptions médicales, et de la surveillance qui en découle. Donc de ce fait je pense, que le rôle de l’IDE est plus complet que celui de l’AS car il comprend beaucoup plus de soins techniques et nécessite davantage de compétences et de savoir-faire.

  1. Pourquoi infirmier et pas psychologue?

Dans un premier temps, le psychologue même s’il peut être intégrer à une équipe, travaille souvent seul et le travail en équipe est une des notions du métier d’infirmier qui me plaît énormément. Ensuite, l’aide et le soutien que va apporter le psychologue ne sont pas du même ordre que ceux de l’infirmier. En effet, il n’assure par exemple, aucun soins techniques ou médicaux que j’aspire à savoir pratiquer pour élargir mon champ de compétences et d’intervention lors ma prise en charge du patient.

Partie 4 : IFSI et info

  1. Que savez-vous du programme des études d’infirmier ?

Tout d’abord, la formation se déroule sur 3 ans soit 6 semestres de 20 semaines. Elle est répartie entre les cours théoriques et les stages cliniques qui ont une durée équivalente de 2100H, ce qui donne un total de 42OO H. Enfin, les semaines de cours ou de stage durent 35 H.

  1. Quels sont les enseignements dispensés et par qui ?

Tout d’abord, les cours théoriques sont réalisés soit par l’équipe enseignante soit par des intervenants extérieurs (comme par exemple des médecins, des kinés ou des infirmiers) et ils concernent: Les Sciences humaines, sociales, biologiques et médicales, mais aussi les sciences et les techniques infirmières. Et enfin l’Intégration des savoirs et des postures professionnelle ainsi que les Méthodes de travail.

  1. Comment sont répartis les modules sur les 3 années ?

 Il y a 10 Modules transversaux qui sont répartis sur les 3 années de formation et 18 Modules spécifiques ou verticaux qui sont répartis par année selon les IFSI.

Donnez quelques exemples de modules que vous allez étudier ?  Je ne les connais pas tous mais je pourrais, par exemple, vous citer en tant que module à caractère transversal: Le Module APP (Anatomie – Physiologie – Pharmacologie) ainsi que le Module Santé publique. Et en tant que module à caractère transversal : il y a par exemple : Le Module Soins infirmiers aux urgences et en réanimation ainsi que le Module Soins infirmiers aux personnes âgées.

  1. Comment sont validé les 3 années de formation ?

Le diplôme d’État d’infirmier s’obtient par l’obtention des 180 crédits européens correspondant à l’acquisition des 10 compétences : Il y a 120 crédits pour l’enseignement théorique et 60 crédits pour les stages cliniques

  1. En quoi consiste l’évaluation continue des connaissances ?

L’évaluation continue est effectuée tout au long de la formation au moyen d’un contrôle continu des connaissances théoriques et cliniques. Les modules sont découpés en unités bien délimitées et une épreuve écrite de contrôle est réalisée après avoir étudié chacune de ces unités.

  1. Envisagez-vous une spécialité dans un service à ce jour ?

Etant donné que ma formation n’a pas encore commencé, je ne pourrai pas vous répondre. Je pense que je découvrirai cela au cours de ma formation.

  1. Quel est le salaire d’un infirmier en début d’activité ? Cela est-il suffisant ?

Ce n’est pas le salaire qui m’attire dans cette profession, ce n’est pas le critère qui me fait choisir cette voie.

  1. Quel est l’événement journalistique qui vous a le plus marqué les 3 derniers mois?

L’élection de Donald Trump.

  1. Si vous échouez le concours IFSI envisagez-vous de vous présenter au concours d’aide soignante ?

Non, je retenterai encore une fois le concours IFSI, car je suis quelqu’un de déterminé et je ne m’arrête pas avant d’avoir réussi.

  1. Vous êtes infirmier et un de vos patients refuse de prendre ses médicaments que faites-vous ?

Je lui demande tout d’abord la raison pour laquelle il ne veut pas les prendre, et ensuite je lui explique pourquoi selon moi pourquoi il devrait les prendre, pourquoi cela est vraiment important et nécessaire pour lui. Si jamais je n’arrive toujours pas à le convaincre, je demanderai de l’aide à un médecin, ou un autre infirmier.

  1. Comment allez-vous financer votre IFSI ?

J’ai de l’argent de côté, que j’ai réservé pour mes études depuis plusieurs année, et j’ai également travaillé ces derniers moi afin de financer mes études, avoir une sécurité, et également m’occuper le reste du temps, puisque je ne suis pas scolarisé.

  1. Parmi ces trois spécialisations: psychiatrie, gériatrie, bloc opératoire, laquelle retenez-vous ?

Je n’en retiens aucune pour le moment étant donner que ma formation n’a pas commencé, je ne sais pas réellement dans laquelle je me sentirai le mieux. Je le saurai au cours de ma formation !

  1. Connaissez-vous dans votre entourage des personnes qui travaillent en tant qu’infirmier ?

Seulement deux personnes, une amie et la grande sœur d’une amie, ainsi que ma propre infirmière venant toutes les semaines pour moi !

  1. Qu’est-ce qui pourrait vous faire renoncer au métier d’infirmier ?

Rien, je suis quelqu’un de très déterminé, quand j’ai une idée en tête, je vais jusqu’au bout.

 

  1. Depuis combien de temps avez-vous fait le choix de devenir infirmier ?

Cela fait 1 an que j’y pense, mais mon choix a été définitif en avril dernier. A partir de là, j’étais vraiment sûre.

  1. Pensez-vous avoir le niveau?

Au-delà de ma motivation, je pense avoir les capacités nécessaires pour suivre cette formation et en obtenir le diplôme sinon je n’aurais pas effectué tout ce que j’ai fais pour me retrouver devant vous aujourd’hui.

  1. Combien avez-vous passé de concours ? Pourquoi ces choix et lequel choisirez-vous si vous êtes admis dans plusieurs IFSI ? Pourquoi ?

J’ai effectivement passé plusieurs concours afin d’avoir le maximum de chance de concrétiser mon projet. Si je suis admis dans plusieurs IFSI, je ferais mon choix en fonction de la réputation de l’école mais aussi du lieu où elle se situe pour essayer de ne pas être trop éloigner de mon domicile.

  1. Avez-vous fait une « prépa » ?

Non.

  1. Pensez-vous qu’il soit injuste que certains candidats au concours puissent bénéficier d’une prépa ?

Non ce n’est pas injuste, c’est une chance pour les personnes ayant les moyens de se le payer.

 

Partie 5 : MOI

  1. Pourquoi avez-vous choisi tel bac ?

J’ai choisi le BAC  S car j’aimais beaucoup les sciences depuis que je suis assez jeune. Et pour moi c’était le bac qui m’ouvrira le plus de porte dans le domaine de la santé.

  1. Quels sont vos loisirs?

J’ai fais de la danse pendant 5 ans, mais j’ai arrêté l’année dernière afin de me concentré sur mes études, car ce loisir me prenait beaucoup de temps. Mais, comme je ne supporte pas de ne pas me dépenser, je me suis inscrite en salle de sport, où je peux me dépenser dans diverse sport, collectif, ou seule. J’aime aussi beaucoup la photographie, et la vidéo.

  1. Avez-vous des activités associatives ? Non !
  1. Quelles activités sportives pratiquez-vous ?

Je suis inscrite en salle de sport, où je peux me dépenser dans diverse sport, collectif, ou seule. Tout dépend de mon envie du jour, ca peut aller de la danse, à la musculation, ou encore au cours collectifs de renforcement, etc !

  1. Etes-vous une personne sociable ? Autonome ? Responsable ?

Je suis très sociable, je m’adapte assez vite lorsque je rencontre de nouvelles personnes, car je suis très bavarde ! Je suis quelqu’un de très autonome et responsable, car j’ai du me débrouiller seule assez jeune, étant dans un contexte familiale plutôt compliqué, cela m’a apporté des qualités comme celle-ci, et je prends cela comme un réel avantage pour mon futur.

  1. Quelles sont les diverses valeurs transmises par vos parents ?

Si je devais choisir une seule valeur, étant une valeur très importante à mes yeux, c’est la tolérance. Il faut toujours accepter les gens, malgré leurs différences. Ensuite, évidemment, le respect, le partage, l’écoute, et de toujours aidé les autres.

  1. Pour vous le personnel passe-t-il avant le professionnel ?

Tout dépend de la situation. Si nous sommes dans une situation où le personnel est plutôt critique, qu’une chose importante c’est passé, alors oui. Si cette chose peut attendre, est futile, ou peut se régler dans un temps autre que durant l’activité professionnel, alors non, il faut rester concentré sur son travail. Donc je pense que tout dépend des circonstances.

  1. Voulez-vous travailler dans l’humanitaire ?

Pas pour le moment, malgré que l’humanitaire est très enrichissant, car cela amène a des déplacements. Je pense que cela pourrait davantage m’intéressé dans le futur.

  1. Respecteriez-vous une hiérarchie qui objectivement a tort ?

Honnêtement, je déteste les injustices, alors je pense que j’aurai beaucoup de mal à respecter cela. Je ferai des efforts, et j’essayerai de faire passer un message pour que cela change, je ne pourrai pas rester les bras croisé.

  1. Comment avez-vous l’habitude de résoudre tous les conflits ?

Pour moi, la meilleure façon de résoudre des conflits est tout simplement d’en parler, d’écouter les points de vues de chacun, d’écouter l’autre et non pas seulement de l’entendre, et de trouver une solution satisfaisant les deux cotés s’opposant.

  1. Qu’aimez-vous lire ?

La seule période où je lis c’est lors de l’été, car pour lire j’ai besoin d’être extrêmement détendu, et c’est très souvent en été que je le suis, et durant cette période je lis beaucoup. La plupart du temps, j’aime lire des romans d’amour, ou des fictions, afin de m’évader.

  1. Etes-vous fier de votre parcours scolaire ?

Oui, car je pense avoir appris beaucoup, je n’ai pas de regret.

  1. Quelle est votre expérience professionnelle la plus significative ?

Etant donné que je suis jeune, je ne pense pas avoir eu d’expérience assez marquante pour avoir une grande signification pour moi. Les expériences que j’ai eu était simplement dans le but de pouvoir économiser de l’argent pour mes études.

  1. Travaillez-vous durant les vacances d’été ?

Oui, je ne suis pas parti cette année afin de travailler.

  1. Etes-vous une personne rigoureuse ?

Oui. J’aime que les choses soit bien faite.

  1. Au sein de votre couple qui décide le plus souvent ?

Surement moi, car je suis quelqu’un ayant les pieds sur terre, mon compagnon lui est beaucoup plus rêveur. Mais bien sur il prend également des décisions !

  1. Préférez-vous le célibat ou bien être en couple ?

Peut importe, l’important c’est d’être heureux que l’on soit seul ou accompagné !

  1. Etiez-vous un bon élève à l’école ?

Je n’étais pas mauvaise, mais je n’étais pas excellente. J’étais plutôt moyenne, jamais dans l’extrême !

  1. Acceptez-vous facilement les critiques ?

Tout dépend de la critique, et de qui elle vient. Si c’est une critique constructive, afin de m’aider à m’améliorer, je l’accepte totalement. Si au contraire, cette critique a pour seul but de me blesser, je ne l’a tolère pas. Et bien sûr, une critique est beaucoup plus dur à encaisser pour moi lorsqu’elle vient d’un de mes proches, que d’une autre personne.

 

 

Partie 6 : AVIS SUR LE METIER

  1. Faut-il aimer les autres pour être infirmier ?

Je pense que oui, car on est constamment en contact avec les autres, on doit aider et prendre soin de personnes au quotidien, alors si on ne fait pas ça avec plaisir, on va subir le métier, au lieu de le faire avec envie, et ce n’est pas le but !

  1. Les épreuves et les modalités du concours infirmier permettent t-elles de recruter les meilleurs candidats ?

Oui et non. D’un certain point de vue, ca permet d’éliminer les personnes n’ayant pas de réel motivation, mais d’un autre côté, certaine personne on de réel motivation mais n’arrive pas à les exprimer correctement. Je pense donc que majoritairement, les candidats recruter sont de bons candidats, mais que certaines personnes passe entre les mailles du filet par manque de confiance en eux, et ce défaut peut je suis sure, ce corriger durant la formation.

  1. Si vous constatez que votre collègue infirmier se comporte mal à l’égard d’un patient. Que ferez-vous ?

J’essayerai de le stopper sans le décrédibiliser devant le patient, le prendrait à part, et lui dirait que je ne trouve pas cela correct, qu’il change d’attitude, ou qu’il me laisse finir seule.

  1. Le travail de nuit et durant les jours fériés: comment envisagez-vous de gérer cette dimension du métier ?

Tout travail  a des inconvénients,

  1. Que pensez-vous de l’abus de l’utilisation du service des urgences ?

Le service d’urgences est encombré d’une activité qui relève en majeure partie de la médecine générale et détourne les urgentistes de leurs missions essentielles. Mais, ils n’ont pas le droit de refuser un patient et c’est malheureusement la porte ouverte à tous les abus. Parfois, des personnes viennent simplement quémander un arrêt de travail par exemple. Beaucoup ont les réflexes urgences, sans réaliser qu’ils prennent peut-être la place d’une personne en danger vital, et qu’ils font attendre des gens ayant de réel problème.

  1. Pensez-vous que le service public soit supérieur en qualité par rapport aux cliniques privées ?

Je ne pense pas du tout, tout dépend de sur qui l’on tombe, c’est un peu de la chance parfois malheureusement on n’est jamais sur à 100%

  1. Une infirmière doit-elle prendre des initiatives ?

Oui, mais il faut faire attention à ne pas agir bêtement en pensant bien faire, car il y a tout de même des règles à suivre, et des directives.

  1. Le métier d’infirmier est-il un métier comme les autres ?

Non, c’est un métier trop souvent rabaissé d’après moi. C’est un métier où nous avons une grande responsabilité auprès des patients, puisque l’infirmier est beaucoup plus présent auprès du patient que le médecin, l’infirmier voit le patient au quotidien.

  1. Le métier d’infirmier est-il selon vous suffisamment reconnu ?

Pas du tout. On sous estime beaucoup trop les infirmiers, les gens ne se rendent pas compte de tout le travail que font les infirmiers. Beaucoup pense que n’importe qui peut être infirmier alors que pas du tout, c’est un métier difficile !

  1. Quels sont selon vous les avantages d’occuper le poste d’infirmier la nuit ?

L’avantage est souvent lorsqu’on a des enfants, on peut les emmener à l’école, s’occuper d’eux la journée et travailler lorsqu’ils dorment.

  1. Pensez-vous que nous sommes tous égaux devant la souffrance ?

Non, chacun réagit différemment.

  1. Pensez-vous que le traitement de la douleur passe uniquement par la prise de médicaments ?

Non, elle passe également par les soins. Les médicaments ne sont pas automatiques, ils agissent en complément des soins.

  1. Pensez-vous qu’un infirmier soit avant tout un bon technicien ?

Oui, car un technicien est un professionnel qualifié d’une technique. Et les infirmiers sont des professionnels dans le soin.

  1. Les femmes ont-elles plus d’aptitude que les hommes dans le cadre du métier d’infirmier ?

Non, chacun est égaux, les femmes ne sont pas es que les hommes, et les hommes ne sont pas meilleurs que les femmes dans le cadre de ce métier.

 

  1. « La tolérance ». Qu’évoque pour vous ce terme en tant que futur infirmier ?

C’est une des valeurs à laquelle j’accorde beaucoup d’importance. Pour moi cela signifie : savoir accepter les différences, les différents choix de chacun même si ils vont à l’encontre de nos propres convictions personnelles

  1. L’attitude raciste est-elle compatible avec la profession d’infirmier?

 Je pense que l’attitude discriminatoire est incompatible avec la profession d’infirmier car un personnel soignant, quel que soit son statut, est amené à être en contact avec des personnes de toutes origines.

  1. Que pensez-vous du travail en équipe?

Le travail en équipe est une des notions du métier d’infirmier qui me plaît énormément. Cela permet tout d’abord, une meilleure répartition de la charge de travail. Mais c’est également un moyen de partager les compétences et les expériences de chacun, de se soutenir et de s’aider les uns les autres. Au sein de l’équipe soignante, toutes les professions sont complémentaires et nous avons tous un objectif commun et rôle à jouer dans la qualité de la prise en charge du patient.

  1. Que pensez-vous pouvoir apporter au métier d’infirmier et qu’attendez-vous de ce métier?

Je pense qu’on apporte tous sa pierre à l’édifice comme on dit. Chacun a ses qualités ainsi que ses compétences mais chacun a aussi une manière différente de les utiliser ainsi une approche personnelle avec le patient. J’espère contribuer, dans ce sens, à ce que cette profession soit encore plus belle.

  1. Comment envisagez-vous les éventuels conflits au sein de l’équipe soignante où vous serez IDE?

C’est un des inconvénients à tout travail qui s’exerce en équipe ou en collaboration étroite avec d’autres personnes. Je n’aime pas les situations conflictuelles mais les fuir ne résout rien. Pour moi, il est primordial de dialoguer et que chacun fassent en sorte que les choses s’arrangent. Enfin, l’important est que cela n’est pas d’incidences sur la qualité de la prise en charge du patient.

  1. Comment allez-vous faire face à la souffrance des patients et à la mort?

Cela fera partie de l’exercice de ma future profession. Les patients en souffrance ont encore plus besoin d’attention et de soins, et je serais heureux de pouvoir être présent pour eux. Ma priorité sera d’améliorer leurs conditions d’hospitalisation, de répondre à chacun de leurs besoins et de tout faire pour qu’ils souffrent le moins possible

 

  1. Comment pensez-vous pouvoir gérer l’attitude de patients non-coopérants, voire agressifs qui vous insultent ou vous menacent ?

Il est essentiel de garder son sang froid malgré les pressions exercées par le patient, d’appliquer aussi les protocoles mis en place pour gérer ce genre de situations mais de pouvoir également se référer à l’équipe de soins. Dans ce sens, l’infirmier doit savoir passer le relais à d’autres professionnels tels que le médecin ou le psychologue par exemple. En effet, nous ne sommes pas seul face au patient et certaines situations sortent de notre champ de compétence et nécessitent l’intervention d’un autre membre de l’équipe qui, à travers sa spécialité et ses connaissances, pourra apporter une piste nouvelle à la prise en charge.

  1. En tant qu’IDE vous aurez à effectuer des gestes douloureux pour les patients, et parfois sur des enfants. Supporterez-vous d’infliger de la douleur à autrui ?

Cela fera partie de l’exercice de ma future profession. Parfois, certaines de mes actions pourront être effectivement douloureuses, mais cette douleur sera seulement une étape sur la voie de l’amélioration de l’état de santé de la personne. Dans ce sens, il sera primordial pour moi d’établir une relation de confiance avec le patient en lui ayant expliqué cela au préalable ainsi qu’en prenant soin de verbaliser chacune de mes actions.

 

 

 

 

53 thoughts on “RÉUSSIR SON ORAL | Concours infirmier (questions + réponses)”

  1. Tu as raison d’être fière de ton article vraiment!! Il est super bien fait, bien organisé et va beaucoup m’aider! Je passe pour la seconde fois mon concours et je vais pouvoir me préparer à certaines questions grâce à toi !! Merci merci merci!

    Je te fais pleins de bisous 💘

  2. Coucou, j’suis en terminale et c’est une première pour moi, heureusement j’ai réussi l’écrit et maintenant place à l’oral. J’espère que tes conseils vont m’aider, je suis souvent stressé à l’oral et je sais pas comment le gérer. Merci quand pour les questions-réponses :*

    1. Coucou! Merci pour ton commentaire, je te conseille de donner ses questions à quelqu’un de ton entourage, et de passer un « faux oral », c’est ce que mon copain m’avait fait afin que je parle le plus naturellement possible. 🙂

  3. Bonjour Lisa,

    Tout comme Capucine je trouve que ton article est réellement bien construit !! Les réponses sont claires et vont également m’aider pour mes oraux qui arrivent très vite…

    Merci pour ton aide et bonne continuation 😉

  4. Magnifique cette fiche de révisions avec les questions/réponses vraiment tu l’as mérité ce concours t’es arrivée a l’oral en mode posez moi toutes sortes de questions je vais assurer 🙂 mdrrr en tout cas ca va beaucoup m’aider merci 😍 Je cherchais une fiche de ce genre et bingo 😉

  5. Merci beaucoup pour cet article qui va nous préparer à l’oral, et nous mettre plus à l’aise durant celui ci !
    Je vais reprendre les questions, et personnaliser mes réponses
    Ca va beaucoup m’aider 😀 Des bisous !

  6. Une énorme merci pour ton aide et ta générosité, j’ai réussi des écrits et cela va me permettre de bien préparer mon oral ! Je te souhaite bonne continuation 🙂

  7. Bonjour Lisa 🙂

    J’ai passer en Mars 2017 le concours ifsi de l’aphp, et j’attend mes résultats. En attendant je prépare mon oral et ton article me sert beaucoup ! J’aurais voulu savoir si tu te souvenais de ton sujet sanitaire et social à tes oraux (notamment celui de l’aphp) :)?
    En tout cas merci pour ta video et ton article 😀

    1. J’avais eu en gros est ce que l’hopital soigne tous les maux pour l’aphp 🙂 Pour le second rien à voir, c’était sur le developpement durable mdr, j’ai détesté! De rien ♥

  8. Salut !
    Je passe mon oral dans une semaine et j’avais quelques questions, tu as fais cette fiche et tu l’avais aprise par cœur ou tu y étais allée au talent ?
    En tout cas félicitations parce que pour moi c’est pas gagné.. je suis une grande stressée !!!

    1. Je ne l’ai pas apprise par coeur mais je l’ai beaucoup relu de façon a toujours savoir répondre, mais bien sûr il ne faut pas réciter ses réponses et c’est ça qui est difficile. Le dire avec un grand naturel, alors qu’on a tenter de les apprendre par coeur. Le mieux c’est de demander à quelqu’un de ton entourage de te poser les questions, et toi tu fais commme si c’était ton jury. J’ai fais ca avec mon copain, au début j’étais un vrai robot! et après a force de m’entrainer c’était naturel. Au final, le jour de l’oral, je pense que je n’ai juste jamais été aussi confiante et naturel ahah 🙂 Bonne chance ♥

  9. Je suis reçue à l’écrit et je passe mon oral le 10 mai, ça vient très vite et à vrai dire ton article m’a un peu sauvée ! J’ai repris toutes tes questions et je vais y répondre, ca va vraiment m’aider ! merci beaucoup !!

  10. Super article ça va beaucoup m’aider je l’espère. Je passe dans deux semaines mon oral et je t’avouerai que je stresse énormément! En tout cas Félicitation à toi! Bisous

  11. Merci beaucoup ça m’aide beaucoup pour mon oral. Je le passe jeudi prochain. Avec ce que tu as écris je me sens cazi prete. La seule partie que je redoute c’est la première ou il faut présenter un sujet. En tout cas merci beaucoup à toi et bonne continuation:*

  12. Salut Lisa !
    Tout d’abord un grand merci pour ton article hyper complet et ta petite vidéo sympathique!
    Je suis quelqu’un de très stressée et lire tout tes conseils m’a un peu rassurée etc.
    J’espère que mon oral d’auj se passera bien grâce à tes conseils 😊
    Bonne continuation à toi !

  13. J’ai été reçu à mes 2 écrits et comme toi je n’avais pas fait de prépa . Et je voulais te remercier pour ta fiche qui m’a beaucoup aidé à préparer mon oral car j’étais un peu perdu ! 😊

  14. Ton article est très bien fait ! Je me suis bien préparée grâce à ton article, il m’a bien aidé. Je te remercie & félicitations ! J’espère que j’aurai mon concours !!

  15. Coucou, tes questions mon beaucoup aidées à la préparation de mon orale et j’ai été admis aujourd’hui dans l’IFSI de ma ville donc merci à toi ! 😉

    Franck

  16. Salut Lisa, un grand merci à toi ! Ton article m’a fait gagner un temps énorme… J’ai été admis en IFSI pour la rentrée avec pour note 17 à l’oral. Bravo pour ton travail 🙂

  17. waou, article complet à 100%. J’adore, tout est là, merci de ta générosité car les questions/réponses sont complètes et ne peuvent que nous aider. <3

  18. je suis en Nouvelle-Calédonie qui est a plus de 17000 km de la france, et je tiens a te dire que ton article est vraiment bien , les réponses sont clairs et structurée, ça va beaucoup m’aider pour mon oral la semaine prochaine ! merci d’avoir fait cette article .

  19. Coucou je te suis sur you tube!! Merci beaucoup pour tout!!! Je passe le concours l’annee prochaine je suis en Polynésie française tahiti. 💋💋💋

  20. Salut, franchement au top ton article!!! Il est parfait pour bien réviser avant de passer l’oral!! Je le passe d’ici quelques jours et merci de m’aider !! =)

  21. Coucou Lisa!
    Ton article est super! Je vais bientôt passer des concours… J’ai vraiment peur!!
    Je vais pouvoir m’aider de toutes tes questions/réponses !!
    Merci de ton aide gros bisous 😀

Laisse moi un petit commentaire